Hamlet, d’après William Shakespeare par Olivier Py et Enzo Verdet, avec des détenus du Centre Pénitentiaire – Festival d’Avignon

hamlet_2_a__rdl« Il y a quelque chose de pourri au royaume… « 

Pour ce projet singulier, Olivier Py et Enzo Verdet ont déplacé le théâtre et appréhendé de nouveaux corps, donnant voix et lumière aux ombres de notre socièté. Sur la scène de la Maison Jean Vilar, ils sont neuf hommes, neuf détenus du Centre pénitentiaire d’Avignon-Le Pontet, en costumes noirs et cravates. Derrière, eux, une toile peinte, seul décor de cette interprétation de l’œuvre majeure de Shakespeare : Hamlet.

L’impossibilité, l’impuissance, le frôlement de la folie, autant de thèmes qui doivent raisonner davantage chez ces détenus, qui se sont évadés, et savourent leur liberté, le temps du théâtre et du partage. Un moment de plénitude, pendant lequel ils semblent prendre plaisir à changer de peau et se faire le plaidoyer d’un autre. Nul d’entre eux n’est comédien, ce qui nous questionne sur la notion d’artiste, mais nous sentons l’intention, la sincérité et même le travail chez certains, qui ressortent davantage, comme l’interprète d’Hamlet. Un homme qui se démarque de ses camarades par, une pensée, plus réaliste et justement ressentie. Les personnages, entrent et ressortent, sans transition, sans artifices, sans objets. Tout est signifié, mimé et évoqué, pour offrir une place centrale au langage et au dépouillement. La déception et la trahison d’Hamlet sont au cœur du spectacle. Une destinée tragique, celle d’un être empli de dégoût. Un homme brisé, dont la chute se confond avec la réalité de ces détenus, ancrés dans un quotidien douloureux et destructeur. Dans une vie, qui comme celle d’Hamlet, côtoie la mort de très près.

hamlet 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *