Antigone, de Sophocle par Olivier Py au Festival d’Avignon

antigone py

En 2017, Olivier Py dévoilait au grand jour, son travail en compagnie d’Enzo Verdet, avec les détenus du Centre pénitencier d’Avignon. Après un Hamlet, en présence d’un public restreint, il renouvelle l’expérience avec Antigone, de Sophocle, à la Scierie, un nouveau lieu du Festival d’Avignon 2018.


Devant nous, une scène en hauteur avec, comme à l’habitude du metteur en scène, une toile de fond, ici la photo d’une ville en ruines. Les détenus se succèdent. Que des hommes, se prêtant au jeu en interprétant des femmes, avec sobriété et sérieux. Nous reconnaissons certains visages de la saison passée et nous en découvrons de nouveaux. La parole est claire, assumée et convaincante. Vu le contexte, certaines tirades résonnent plus que d’autres et font sens. Lorsque Créon demande « Personne pour me frapper en plein visage ? », on imagine le travail de distance qu’a entrepris Olivier Py avec ces détenus comédiens. Un apprentissage autour de l’acceptation d’être dominé, de se soumettre à une autorité, de plier son corps en s’abaissant devant l’autre. Des actions anodines, mais loin d’être insignifiantes pour ces hommes, qui, dans le milieu carcéral, doivent garder constamment la tête haute et les poings fermés.

Lâcher prise, générosité et simplicité règnent sur la scène de La Scierie. L’interprétation et le ton ne sont pas toujours justes. Chacun a pourtant su trouver un ancrage et un chemin de pensée dans lequel il avance sans hésitation. L’interprète de Créon, qui jouait le rôle d’Hamlet, en 2017, continue de nous surprendre. Il se donne corps et âme à son personnage. Il faut bien le dire, il revêt les traits et possède le charisme d’un comédien professionnel. 


Ces hommes font preuve de douceur et de courage. Une audace servie par les propos insoumis de ce texte, dans lequel chacun clame haut et fort ses droits et ceux des êtres humains. 
En leur offrant cette parenthèse théâtrale, Olivier Py les rend acteurs de notre société et de nos réflexions. Quant à nous spectateurs, il nous donne un beau moment d’humanité, où la force du théâtre s’exprime. Sur une scène, toutes les barrières et les vérités du quotidien tombent. La poésie est reine et les hommes égaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *