On a fort mal dormi, de Declerck par Quenon dans le OFF d’Avignon

Lorsqu’il prend la parole, Jean-Christophe Quenon est assis dans le public au premier rang d’une des salles de la Manufacture. Spectateur qui souhaite partager ses ferveurs festivalières ? Non point. Il s’agit bien du comédien du seul en scène « On a fort mal dormi ». Une manière bien naturelle et humaine de démarrer une pièce. Aussi humaine que le sujet à vif de cette création, inspirée de deux textes de Patrick Declerck. Un écrivain en infiltration dans le milieu des SDF, qui, une nuit, se déguise en clochard pour se faire ramasser par le bus qui les parque dans des dortoirs à Nanterre. Un récit détaillé qui nous dépeint l’horreur de cette vie, si ça en est une, de misère et de dégradation. Un quotidien rythmé par l’alcool, la crasse, les blessures et la violence. Une survie perpétuelle dans laquelle « être » n’a plus son sens.

on a fort mal dormi

Comment retrouver une place dans la société ? Existe-t-il un droit, celui d’être humain ?

Le but de cette mise en espace n’est pas de s’apitoyer en créant du misérabilisme mais de prendre conscience de ce que signifie la norme aujourd’hui. D’accepter le fait que marcher dans la rue, frôlant d’innombrables corps au sol est un fait banal qui est inscrit dans les mentalités. Nous sommes habitués à cette société exposée en plein jour, dans nos rues, sous nos yeux. Même si nous ne sommes pas magiciens, nous pouvons questionner l’ordre social. En allant à notre rencontre, bien plus qu’en créant un spectacle, le comédien, explosant d’énergie et de sincérité, redonne à ces exclus une place et une légitimité dans ce monde, grand Théâtre de la vie.

 

A la rentrée au Théâtre du Rond-Point à Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *